30 janvier 2013

Dark Eyes, William Richter

dark-eyes-3315173-250-400Née en Russie, Wally a été adoptée enfant par une riche famille new-yorkaise. Aujourd’hui l’adolescente de 16 ans, rebelle et futée a coupé les ponts avec sa famille et vit dans les rues de New York de larcins divers. En tombant par hasard sur des documents ayant trait à ses origines, Wally éveille l’attention d’un homme sans foi ni loi réputé pour sa sauvagerie : Alexei Klesko, un truand russe sur le chemin duquel les cadavres s’amoncellent. Le seul coup d’avance qu’a Wally est un détail d’importance : l’homme ignore qu’il est son père…  (source ICI)

   Je cherchais un roman policier pour ados sympa, la libraire me dirige immédiatement vers Dark Eyes. Une aventure dans les bas-fond de New York avec la mafia russe, pourquoi pas ? Je regarde vite fais la 4ème de couverture : "une page-turner absolu", "la nouvelle Lisbeth Salander est née". C'est décidé, je le prends. 

   Et bien j'ai été horriblement déçue ! Tout d'abord, ce livre n'est pas un policier mais un thriller. On y parle d'une héroïne forte, volontaire, qui vit dans la rue, enchaînant les squats avec ses amis, qui a appris à se débrouiller seule... Pas de problème, ce sont des caractéristiques que j'apprécie. Mais là, premier bug : Wally n'est pas une SDF orpheline, juste une ado rebelle qui a décidé de fuguer de chez ses parents adoptifs pleins aux as. Et dès qu'un petit imprévu se met en travers de sa route, elle rentre vite fait chez papa et maman ou utilise sa carte Platine  Americain Express, soit disant uniquement pour les urgences (réserver une suite pour 4 dans un hôtel de luxe). Wally perd donc pour moi beaucoup de sa crédibilité. Et malheureusement, ce n'est pas beaucoup mieux du côté de sa personnalité. Le personnage de Wally, comme tous les autres, n'est pas du tout attachant. Elle est froide, peu sensible et bien trop égoïste vis à vis des ses 3 amis qui eux n'ont pas la chance de posséder un compte en banque bien rempli. Elle fait un petit complexe de supériorité, pense être la seule apte à tous diriger et trouve tout à fais normal de les entraîner dans toute une histoire pour retrouver sa mère (qu'elle n'a jamais connue, dont elle ne sait rien), quitte à mettre leur vie en péril. 

   Quant à l'intrigue, j'ai trouvé qu'elle manquait cruellement d'originalité : une fille adoptée, qui n'a jamais connu  sa mère, souhaite la retrouver après avoir reçu une lettre écrite par elle mais elle se retrouve impliquée dans un tas d'embrouilles... De plus, je m'attendais a un rythme haletant, du suspens, de l'angoisse... Et bien pas du tout, j'ai trouvé ce livre ennuyeux, rien ne se passe avant les 50 dernières pages, la "révélation" finale est totalement incongrue (spoiler, surlignez : sa mère adoptive est en réalité sa mère biologique ! ), surprenante mais pas dans le bon sens. Tout comme Wally, les autres personnages manquent de profondeur, ils sont fade et leurs relations bien trop simples. J'ai été très déçue aussi du côté des méchants qui n'ont eux non plus aucun fond et j'ai attendu tout le roman une confrontation intéressante entre Wally et son père (le mafieux Klesko) qui n'arrive que vers la fin et reste dans la lignée du reste du roman : sans intérêt.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (4)

 

Posté par keiralice à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Dark Eyes, William Richter

Nouveau commentaire