30 janvier 2013

Dark Eyes, William Richter

dark-eyes-3315173-250-400Née en Russie, Wally a été adoptée enfant par une riche famille new-yorkaise. Aujourd’hui l’adolescente de 16 ans, rebelle et futée a coupé les ponts avec sa famille et vit dans les rues de New York de larcins divers. En tombant par hasard sur des documents ayant trait à ses origines, Wally éveille l’attention d’un homme sans foi ni loi réputé pour sa sauvagerie : Alexei Klesko, un truand russe sur le chemin duquel les cadavres s’amoncellent. Le seul coup d’avance qu’a Wally est un détail d’importance : l’homme ignore qu’il est son père…  (source ICI)

   Je cherchais un roman policier pour ados sympa, la libraire me dirige immédiatement vers Dark Eyes. Une aventure dans les bas-fond de New York avec la mafia russe, pourquoi pas ? Je regarde vite fais la 4ème de couverture : "une page-turner absolu", "la nouvelle Lisbeth Salander est née". C'est décidé, je le prends. 

   Et bien j'ai été horriblement déçue ! Tout d'abord, ce livre n'est pas un policier mais un thriller. On y parle d'une héroïne forte, volontaire, qui vit dans la rue, enchaînant les squats avec ses amis, qui a appris à se débrouiller seule... Pas de problème, ce sont des caractéristiques que j'apprécie. Mais là, premier bug : Wally n'est pas une SDF orpheline, juste une ado rebelle qui a décidé de fuguer de chez ses parents adoptifs pleins aux as. Et dès qu'un petit imprévu se met en travers de sa route, elle rentre vite fait chez papa et maman ou utilise sa carte Platine  Americain Express, soit disant uniquement pour les urgences (réserver une suite pour 4 dans un hôtel de luxe). Wally perd donc pour moi beaucoup de sa crédibilité. Et malheureusement, ce n'est pas beaucoup mieux du côté de sa personnalité. Le personnage de Wally, comme tous les autres, n'est pas du tout attachant. Elle est froide, peu sensible et bien trop égoïste vis à vis des ses 3 amis qui eux n'ont pas la chance de posséder un compte en banque bien rempli. Elle fait un petit complexe de supériorité, pense être la seule apte à tous diriger et trouve tout à fais normal de les entraîner dans toute une histoire pour retrouver sa mère (qu'elle n'a jamais connue, dont elle ne sait rien), quitte à mettre leur vie en péril. 

   Quant à l'intrigue, j'ai trouvé qu'elle manquait cruellement d'originalité : une fille adoptée, qui n'a jamais connu  sa mère, souhaite la retrouver après avoir reçu une lettre écrite par elle mais elle se retrouve impliquée dans un tas d'embrouilles... De plus, je m'attendais a un rythme haletant, du suspens, de l'angoisse... Et bien pas du tout, j'ai trouvé ce livre ennuyeux, rien ne se passe avant les 50 dernières pages, la "révélation" finale est totalement incongrue (spoiler, surlignez : sa mère adoptive est en réalité sa mère biologique ! ), surprenante mais pas dans le bon sens. Tout comme Wally, les autres personnages manquent de profondeur, ils sont fade et leurs relations bien trop simples. J'ai été très déçue aussi du côté des méchants qui n'ont eux non plus aucun fond et j'ai attendu tout le roman une confrontation intéressante entre Wally et son père (le mafieux Klesko) qui n'arrive que vers la fin et reste dans la lignée du reste du roman : sans intérêt.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (4)

 

Posté par keiralice à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


18 janvier 2013

Comment (bien) rater ses vacances, Anne Percin

Résumé de l'éditeur:
Pour échapper aux vacances en famille, Maxime choisit de les passer avec sa grand-mère, dans son pavillon du Kremlin (-Bicêtre). Il avait tout prévu pour couler des jours tranquilles devant son ordi,sauf la crise cardiaque de sa grand-mère. Le voilà seul pendant son hospitalisation, et les vacances vont se transformer en feuilleton délirant !

Comment (bien) rater ses vacances est un nouveau coup de coeur que je vous recommande à 200%! Bien sur il a plus de charme s'il est lu pendant les grandes vacances mais même en période de cours il reste un excellent moyen d'évasion et de détente! C'est exactement le genre d'humour que j'affectionne avec des répliques toutes plus délicieuses les unes que les autres. L'auteur fait preuve d'une culture générale hors du commun et dote ainsi son personnage d'un caractère à part avec un sacré répondant: pertinent, drôle et ironique à tout points de vue. Ce livre est un savant mélange de légèreté et de situations cocasses que seule une grande originalité rend possible. Dès les premières lignes on se dit: "Oulà! Ce Maxime va nous en faire voir de toutes les couleurs!". Tout au long de l'histoire on est seul avec lui et ainsi on lie une grande complicité. Pour moi son évolution est menée à la perfection et petit à petit le simple gamin désoeuvré gagne en maturité et en sensibilité (sans perdre son éternelle répartie ^^). Vous l'aurez compris ici l'humour est poussé à l'extrême, (jusque dans les notes de bas de pages qui sont plus là pour amuser le lecteur que pour l'éclairer sur un quelconque malentendu) et l'intrigue est un vrai bonheur.

Comment (bien) rater ses vancances est le premier tome d'une série composée de: Comment bien gérer sa love story et Comment devenir une rock star (ou pas)

Val

Posté par keiralice à 20:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2013

Lou, tome 6 : L'âge de cristal, Julien Neel

lou--,-tome-6---l-age-de-cristal-3220103-250-400-1

Toujours à garder son petit frère obnubilé par les dinosaures, à sortir et à travailler pour le gouvernement, Lou en oublierait ces grands cristaux roses apparus dans la ville. Alors Lou, on se réveille ? (source ICI)

Comme la plupart des fans de la série Lou, j'ai été très étonnée par la tournure que prennent les événements. Je m'étais habituée a une certaine routine installée au fil des tomes et je peux vous dire que ce dernier volet amène ici une grosse cassure. Je dois vous avouer qu'après ma première lecture, je n'ai absolument rien compris... J'ai vraiment eu l'impression qu'il manquait quelque chose d'essentiel entre Laser Ninja et L'âge de Cristal. J'ai cru lire une BD de science-fiction complètement déjantée, avec cette histoire de cristaux roses, d'espaces-temps et d'opérations top-secrètes avec des petits lapins blancs... Les graphismes sont eux aussi différents et peuvent paraître bâclés mais je pense que toute cette fantaisie est en fait très bien contrôlée par l'auteur... Il y a dans la BD tout plein de symboles mystérieux, comme des pièces de puzzles dispersées dans le journal intime de Lou (en début et fin de livre) que j'ai réussi à trouver reformé (voir plus bas, source ICI). Au final, j'ai quand même bien aimé ce volet malgré ma compréhension laborieuse et l'impression de rester sur ma faim que j'ai eue en fin de lecture.

questions-réponses avec Julien Neel : http://kwest.com/LOU

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 

 

puzzle lou

 

Pour plus d'infos, rendez-vous sur le site suivant : Fan de Lou la B.D

Posté par keiralice à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2013

Divergente T1 et T2, Veronica Roth

CV-prov_Divergente12divergente

Comme la plupart des fans de la série, j'ai été très déçue par la couverture des rééditions de Divergente, ainsi que par le changement de titre (en VO, le tome 2 se nomme Insurgent) en comparaison aux couvertures VO qui sont magnifiques. Mais comme l'a précisé Nathan sur sa page Facebook, la qualité des aventures de ris reste inchangée. (source ICI)

Cela fait longtemps que je devais faire la critique du tome 1 mais, après réflexion, j'ai préféré attendre la sortie du tome 2 afin de faire un condensé des deux.

ELLE EST DIVERGENTE.
ELLE EST EN DANGER DE MORT.

Dans un monde où on ne peut appartenir qu’à une seule faction parmi 5, une jeune fille apporte le chaos.
Dans un Chicago post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions : les Altruistes, les Audacieux, les Sincères, les Érudits et les Fraternels. Chacune est consacrée au culte d’une vertu dans l’espoir de créer une civilisation parfaite. Les enfants grandissent dans la faction où ils sont nés. À 16 ans ils doivent choisir quelle sera la leur, pour la vie. Avant de prendre cette décision, ils passent des tests pour connaître la vertu la plus proche de leur personnalité. Pour Beatrice, issue d’une famille Altruiste, le choix s’annonce plus difficile encore. En effet, cas rarissime, ses tests d'évaluation lui donnent le choix : elle est donc divergente... Et elle doit cacher ce secret, susceptible de la mettre en danger de mort ...
(source ICI, ICI)

Comme vous l'aurez compris, Divergent fait partie de cette vague de livres de dystopie pour ado provoquée par le succès d'Hunger Games. Parmi ces livres, on trouve de la bonne comme de la mauvaise qualité. Divergent(e) fais sans aucun doute partie de la première catégorie ! Ce livre est fantastique et n'as rien à envier à Hunger Games !

Tout d'abord, j'ai énormément aimé Tris, l'héroïne de ce roman. Elle a une volonté exceptionnelle avec un petit côté téméraire et caractériel que j'ai beaucoup aimé ! Ses parents sont tous deux des Altruistes et c'est donc dans cette faction qu'elle a passé sont enfance avec son frère, Caleb. Tris voue une grande admiration aux Altruistes, qui sont tournés vers la dévotion totale, ne nourrissent pas d'ambitions personnelles et vivent plus pour les autres que pour eux-mêmes. C'est cet état d'esprit, qui leur a valu leur nomination au gouvernement de la ville. Elle-même ne se sent pas digne d'eux et se considère trop égoïste pour cette faction, ce qui va l'amener à choisir les Audacieux. Ils ont pour charge de garantir la sécurité de la ville vis à vis de l'extérieur et de faire régner l'ordre en son sein. Pour être admise par les Audacieux, Tris doit réussir une période d'initiation, où elle apprend, avec les autres postulant, à manier les armes et surmonter ses peurs. Là-bas, elle fait la connaissance de Christina, Will et Al, qui deviennent ses amis, ainsi que de Quatre (vous comprendrez en lisant pourquoi ce surnom). Il est membre des Audacieux et instructeur de Tris, il sera le premier à découvrir qu'elle est divergente et il est celui dont elle tombera profondément amoureuse. Après que Tris ai découvert sa divergence, les choses vont s'accélérer et de nombreux évènements imprévus vont bouleverser toutes ses certitudes. 

L'évolution de Tris durant les deux tomes est spectaculaire et elle va devenir une sorte de wonder-woman avec un petit côté dark que j'admire beaucoup,  Elle a le mérite de garder la tête haute dans toutes circonstances, malgré ses peines et ses remises en question, et je crois même l'avoir préférée à Katniss. D'ailleurs, tous les personnages sont supers et uniques en leur genre et les relations entre eux bien décrites et parfois très touchantes. Quatre a été pour moi un vrai coup de coeur et je l'ai largement préféré à Petta et Gale. J'ai adoré son côté mystérieux et un peu distant et sûr de lui (il peut...) des débuts mais j'ai aussi apprécié son côté sensible, toutefois moins présent. Sa relation avec Tris est vraiment touchante sans, heureusement devenir trop mièvre. L'univers de Veronica Roth est vraiment bien trouvé et n'a rien de déjà-vu, certains aspect restent aussi assez flous et suites à des révélations en fin du tome 2, on peut s'attendre à une explication des "origines" de ce monde dans la suite de la série. Un autre point positif de cette trilogie est le rythme haletant que parvient à lui donner Veronica Roth. Tout est très bien dosé, on a de l'action et de l'émotion, du suspense de l'amour et du désespoir le tout de façon bien mesurée et contrôlée.

Les deux tomes se valent, avec plus d'action dans le second mais sans altération à la qualité du roman. J'ai trouvé le comportement de Quatre parfois un peu surproducteur dans le deuxième tome mais, avec le recul, je le comprend très bien puisque Tris se met vite en danger, parfois inutilement. Elle fonce un peu tête baissée mais les horreurs qu'elle a vécu dans la fin du tome 1 lui servent évidemment de circonstances atténuantes. Je ne peux pas parler précisément de l'intrigue sans spoiler donc je m'excuse pour le peu de détails mais pour ceux qui ont lu le tome un, je peux dire que la tension s'intensifie entre les deux "adversaires" et que les confrontations sont de plus en plus sanglantes et cruelles.

Divergente est donc pour moi un super livre de dystopie qui a, pour moi, réussi à égaler Hunger Games, avec des personnages attachant et une intrigue efficace. A lire absolument !

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1]

 

 

Posté par keiralice à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 janvier 2013

Bad Kitty, Michele Jaffe

22837903_3457579Jasmine a une caractéristique dont elle se passerait bien: elle a la poisse ! Quoiqu'elle fasse, elle se retrouve toujours mêlée à des histoires impossibles ! Alors qu'elle est en vacances à Las Vegas avec sa famille, elle se retrouve malgré elle plongée au coeur d'une enquête policière : un célèbre mannequin et son fils sont menacés. Aidée par son trio d'amis venus à la rescousse, et après de multiples péripéties, Jasmine parviendra à faire éclater la vérité.   source ICI

On a beau dire, ça fait toujours du bien de se plonger dans une lecture drôle et pas prise de tête. Même si Bad Kitty n'est pas un chef-d'oeuvre littéraire et même si on ne ressent pas particulièrement d'émotions fortes durant la lecture, il reste très agréable à lire. L'écriture de Michele Jaffe (Hantise, Fleur de fantôme) et très fraiche, un brin impertinente et sans aucun doute très divertissante. On est plongés dans les pensées de Jaz, 17 ans, qui est bien éclairée à tous les étages et fais preuve d'un sarcasme amusant vis avis des gens qui l'entourent. L'auteur a parfaitement bien réussi retranscrire ce à quoi peuvent ressembler les méandres du cerveau d'une adolescente bourrée d'hormones avec des tonnes de questions rhétoriques hilarantes mais qu'on s'est sans doute tous déjà posé. Cela donne à ce livre un aspect désorganisé-décapant, on passe parfois du coq à l'âne sans raison particulière et il est parfois dur de suivre Jaz et son cerveau qui tourne à 100 à l'heure.

Question intrigue, ce n'est pas le top du top et je n'ai pas eu beaucoup de mal à deviner qui était le coupable, même avant les révélations finales. C'est sans doute un aspect qui m'a un peu déçue car après les deux livres de Michele Jaffe que j'avais lus précédemment (voir plus haut), je m'attendais à mieux de sa part. Et tout cas, on retrouve ici aussi un panel de personnages hauts en couleurs tous plus drôles les uns que les autres, qui promettent des réparties et des dialogues excellents bien que pas très spirituels ^^

Je conseille ce livre pour ce changer les idées sans trop de complications et pour rire un bon coup, ou au moins sourire, quasi toutes les pages.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (2)

 

Posté par keiralice à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


The Lying Game T3 : Action ou vérité, Sara Shepard

Attention aux spoiler pour ceux qui n'ont pas lu les tomes 1 & 2 !!

9782265094147

4ème de couverture : Qui a tué ma soeur Sutton ? Le beau Thayer, soudain de retour parmi nous ? Laurel, notre petite soeur, si sage en apparence ? Ma nouvelle vie est une énigme... Les reines du mensonge poursuivent leur jeu. Mais je peux compter sur Ethan,toujours à mes côtés.Enfin, je crois...

On retrouve dans ce troisième tome Emma et Sutton, sa soeur-jumelle-tuée-devenue-fantôme (un aspect de la narration qui me dérange toujours autant) là ou on les a laissées à la fin du tome 2 : face à Thayer. Petit rappel (attention spoiler) pour ceux/celles qui l'aurait oublié, Emma a passé tout le tome 2 à essayer de démontrer que Lily et Gaby, les jumelles twiteuses, ont assassiné Sutton avant se rendre compte que ce n'est pas le cas. Et hop ! Retour à la case départ...

Et malheureusement, c'est un scénario type qui s'est répété dans ce tome 3, à ma plus grande peine. Cette série est lente, lente, lente... Que ce soit les relations entre personnages (notamment Emma et Ethan) ou l'avancée de l'intrigue, on attend tout le roman quelque chose qui n'arrive que dans les 50 dernières pages. C'est vraiment dommage car la série a un bon potentiel et l'intrigue est bien ficelée, mais j'en viens à me dire qu'il est dommage de gaspiller 16 € pour un livre de 300 pages en gros caractères, qui se lit en 2 heures. Je ne saisis pas très bien le but de l'auteure mais toujours est-il que cela devient franchement agacent. Et puisqu'ont en parle, Emma commence elle aussi à m'agacer sérieusement par son manque de volonté et de personnalité flagrant ainsi que par son attitude parfois trop craintive, pas assez téméraire à mon goût. Ethan, qui oscille entre le poète torturé et le petit ami surproducteur m'a lui aussi énervé, dommage car ici aussi, il y avait du potentiel. J'en vient donc à préférer les amies de Sutton, Charlotte et Madeline, car même avec leur malsain jeu du mensonge, elles restent moins gnangnan que nos deux tourtereaux. Grosse déception aussi du côté de Thayer qui tombe lui aussi dans la mièvrerie et n'est pas tout à fait le bad boy auquel je m'attendais. Dernière petite critique et je m'arrête pour aujourd'hui : le style de l'auteur un peu puéril qui laisse franchement à désirer.

Bien sûr cette série n'est pas entièrement raté, le suspense est toujours là et j'ai toujours envie de connaître le fameux coupable mais j'avoue que mon enthousiasme du début commence à s'essouffler et je ne sais pas si je continuerai à lire cette série jusqu'au 7ème tome si les choses restent telles qu'elles.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 

Posté par keiralice à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 décembre 2012

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai Sijie

Années 70, pendant la révolution cuturelle de Mao en Chine. Deux jeunes amis issus de bonnes familles sont envoyés dans la montagne du Phénix du ciel pour subir leur réeducation. L'ignorance par le travail acharné... Là-bas les rencontres vont être nombreuses et certaines plus agréables que d'autre... Il vont aussi tomber sur trésor inespéré et dangereux: des livres occidentaux. Mais leur plus belle découverte reste celle de l'amour avec l'adorable petite tailleuse chinoise.

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijie est un roman que j'avais du lire en 3e et je ne remercierai jamais assez ma prof de français de nous l'avoir fait découvrir! Dans ma classe les avis étaient partagés mais personnellement c'est l'un des meilleurs que j'ai pu lire au collège. Le cadre m'a tout de suite plu. Moi qui adore les histoires sur fond historique je n'ai pas été déçue. Elle se passe pendant la Révolution Culturelle en Chine sous Mao. Les jeunes citadins cultivés devaient partir en "rééducation" dans la montagne pour réapprendre les travaux physiques. Ne vous inquiétez pas, c'est très bien expliqué dans le livre. Ce livre délivre un très beau message sur l'importance de la lecture et de la culture qui pour Mao était considérée comme dangereuse. C'est d'ailleurs un des principaux enjeux de ce roman. Grâce à ce livre on se rend bien compte du fossé qu'il peut exister entre deux civilisations. Beaucoup de choses peuvent nous interpeller dans la lecture, de plus l'époque ajoute à ce sentiment de dépaysement total, sans parler du paysage... La lecture est agréable. L'environnement miteux des paysans est très réaliste et les paysages qui les entourent très beaux. Une forme de poésie très particulière émane de cette oeuvre. Cela est dut en grande partie à l'atmosphère que dégage cette vieille Chine traditionnelle et rurale. La montagne du Phénix du ciel est un espace très reculé et coupé de tout, parfois oppressant mais qui reste pur et sincère. Ce livre est bon moyen d'évasion à la fois temporel et géographique. L'histoire vécue par les personnages paraît quant à elle irréelle dans la mesure où nous avons du mal à imaginer ce genre de dictature aujourd'hui. Mais la réalité fait que ce genre d'histoire ne relève malheureusement pas toujours de la fiction... On y aborde également d'autres thèmes très profonds comme celui du passage à l'âge adulte, de l'amitié, de la jalousie et aussi de la liberté.

Petite réflexion sur la fin de ce livre (attention spoiler, ne lire qu'après l'avoir terminé): La fin de ce livre est sûrement le moment le plus triste, le plus ironique et le plus violent de cette histoire mais pour moi c'est incontestablement le plus beau. Certes on reste tout d'abors septique et déçut, voire choqué, mais avec du recul j'ai trouvé qu'au contraire cette fin était parfaitement choisie. Pour moi ce moment est crucial, c'est plus qu'un dénouement, c'est là que le livre prend tout son sens et où l'auteur délivre son ultime message: En éduquant la petite tailleuse et en lui donnant la liberté, ils l'ont perdu à jamais... A méditer !

Il existe une adaptation cinématographique réalisée par l'auteur lui même. Elle ne respecte pas exactement le livre mais elle reste très belle même si elle m'a moins plu que le livre.

 

 

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

Val

Posté par keiralice à 14:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2012

Fleur de Fantôme, Michele Jaffe

9782012022768

Mon Résumé : Eve est une jeune fille qui vit dans la précarité, enchainant les familles d'accueil pour finir par vivre seule, contrainte d'effectuer des petits boulots de serveuse ou de femme de ménage pour se maintenir à flot. Un jour, elle reçoit, dans le Starbuck où elle est serveuse, la visite de Bridgette et Baine. Le frère et la soeur vont lui proposer un contrat plutôt alléchant, avec 100 000 $ à la clé. Sa mission : se faire passer pour leur cousine Aurora, disparue depuis 3 ans ans, dont elle est le sosie parfais. Elle doit persuader la famille entière du retour d'Aurora, récupérer son héritage, le confier à Baine et Bridgette, empocher son argent et disparaître. C'est en apparence bien simple mais se révèle plus complexe. Aurora ne menait pas la vie parfaite annoncée par Baine et Bridgette. Au fur et à mesure qu'elle s'immerge dans le personnage, Eve remue des souvenirs que personne ne semble vouloir affronter, comme le prétendu suicide de Liz, la meilleure amie d'Aurora, juste avant le départ de cette dernière. Hantée par les spectres du passé, Eve va être entraînée dans une aventure lugubre et dangereuse pour essayer de découvrir ce qui s'est réellement passé la nuit où tout a basculé.

   Ce livre est un vrai COUP DE COEUR ! Michele Jaffe parvient a réitérer un véritable succès. J'avais adoré Hantise (critique ICI) du début à la fin et j'ai été transportée par Fleur de Fantôme, avec cependant une préférence pour le premier livre. Il m'est donc difficile de faire une critique sans comparer ces deux romans.

   Encore une fois, Michele Jaffe utilise des ingrédients bétons qui garantissent un thriller haletant. Une héroïne extra, des personnages et relations complexes, une ambiance une peu glauque, un suspense au rendez-vous et un dénouement surprenant. L'héroïne, Eve, a grandi sans parents, elle a donc appris a se débrouiller seule et possède une capacité inouïe à analyser le comportement des personnes qui l'entourent. Elle est très intelligente et ne se laisse pas berner aussi facilement que ce à quoi tout le monde s'attend. Eve émerge dans la vie d'Aurora et elle est donc contrainte de s'adapter à son mode de vie pour maintenir l'illusion, elle doit agir comme Aurora et pour cela, il faut qu'elle apprenne à penser comme elle. Il faut qu'elle se fasse "accepter" par La Famille mais aussi par les amis d'Aurora. Et c'est là que les choses se complexifient, elle se retrouve face à des difficultés inattendues et réalise qu'Aurora avait un don particulier pour se créer des problèmes. 

   L'intrigue qui tourne autour du "remplacement" d'une personne par son sosie n'est pas très originale à la base (voir The Lying Game) mais très bien exploitée avec cette fois ci beaucoup d'originalité et de sophistication. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire au début mais vers le premier quart tout devient fluide et un suspense un peu angoissant s'installe, garantissant une suite palpitante. La chute (ou plutôt les chutes) de cette histoire est encore une fois très bien trouvée. Seul bémol, alors que Eve est la narratrice de l'histoire on se rend compte à la fin qu'elle était consciente de quelque chose qui n'était pas mentionné dans le roman. Je n'en dit pas plus, vous comprendrez en le lisant.

   En conclusion, jetez-vous sans hésiter dans ce thriller riche en rebondissements, avec une héroïne forte et indépendante qui n'a pas froid aux yeux et des personnages secondaires eux aussi très intéressants bien qu'un peu trop nombreux à mon goût.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1]

Posté par keiralice à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 décembre 2012

Nickel Blues, Nadine Monfils

9782874230776_1_75

Deux adolescents livrés à eux-mêmes, entraînés dans un road movie délirant et angoissant. 

     Ralph et Tony Boulon, deux adolescents en pleine crise d'identité, décident de ne pas accompagner leurs parents en vacances. Chaque année, ceux-ci partent en villégiature avec leur caravane, accompagnés de la mémé ventriloque, et font le tour des baraques à frites des plages du Nord. Après un mois de nouba dans le pavillon familial, les deux adolescents se réveillent et découvrent, ahuris, un capharnaüm indescriptible. Gros problème : les parents rentrent le lendemain et les deux frères ont une touffe de poils dans la main. L'aîné a soudain une idée de génie : kidnapper une nana du coin et lui faire faire le ménage. Pressé par le temps, il passe à l'action le jour même. Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu. Poursuivis par le mari de la fille qu'ils ont enlevée, un véritable abruti se promenant avec une bûche dans sa Jeep et collectionnant les pompons de pantoufles, Ralph et Tony se retrouvent embarqués dans une aventure rocambolesque et complètement hors du commun.

source ICI

Points positifs :

Un humour noir décapant, aspect très positif puisque l'auteure à réussi à me faire sourire, voire rire dans des moments gores au possible ! Attention cependant aux âmes sensibles, et aux allergiques de l'humour noir, tout est à prendre absolument au second degré si vous voulez pouvoir en profiter : de nombreuses situations sont très gores, choquantes et absolument immorales (mais tellement drôles...). Les personnages sont  eux aussi excellents, surtout le petit frère Tony, un rêveur un peu brusqué par la réalité et sa grand-mère ventriloque tout à fait unique à qui il est très attaché. Nadine Monfils donc a réussi à écrire un roman à la foi frais et sordide, elle l'a rendu drôle autant qu'il est bizarre et improbable, pour au final en faire quelque chose d'unique.

Points négatifs :

Evidemment, rien n'est parfait et la principale chose que je reproche à ce roman est sa vulgarité. Ici aussi, des passages sont malsains et choquants (attention pour les plus jeunes d'entre vous), que ce soit par le langage ordurier ou les scènes crues (le grand frère essaie plusieurs fois de "tringler" la captive, sans y parvenir rassurez-vous...). C'est un aspect qui n'était pas indispensable et qui rend parfois la lecture désagréable, il faut vraiment arriver à la moitié du roman pour arriver à passer outre et à se concentrer sur l'essentiel. De ce fait, j'ai vraiment eu du mal à accrocher au personnage de Ralph (le grand frère) qui est en partie responsable de cette vulgarité, même si vers la fin il montre un aspect de lui-même moins violent et un peu plus tendre.

Mon avis est donc un peu mitigé mais penche pour le positif. La première moitié m'a laissée déçue et perplexe mais quand les évènements commencent à s'enchaîner, j'ai vraiment pris du plaisirs à la lecture et après avoir fini le livre, je suis restée un certain temps avec le sourire aux lèvres ^^.

Je tient cependant à faire une nouvelle mise en garde. Il serait dommage de lire ce livre avant 15 ans (environ) car vous pourriez avoir du mal a y trouver un intérêt et être dérangés par certains passages, et vous passeriez a côté du plus important sans le percevoir. Il ne s'agit cependant pas d'une lecture purement adolescente et mêmes les adultes peuvent y trouver leur compte.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 

 

Posté par keiralice à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2012

Menteuse, Justine Larbalestier

justine-larbalestier-menteuseRésumé : Micah a 17 ans. C'est une Menteuse. Maladive. Obsessionnelle. C'est bien simple : elle ment comme elle respire. Et elle nous parle de ses mensonges. de sa "maladie familiale". Et surtout, de son petit copain, Zack, qui a disparu dans Central Park. Enfin, c'est elle qui nous dit que c'est son petit copain. D'ailleurs, il sortait avec une autre fille, Sarah. Alors, vrai ou pas vrai ? Micah a promis de nous raconter la vérité, et rien que la vérité. Mais si elle mentait ?   source ICI

    L'intrigue est ici plutôt bien trouvée, assez spéciale et étrange voire un peu dérangeante mais bien trouvée avec une chute qui n'arrive pas à la fin comme on pourrait s'y attendre... Je pense que l'auteure n'aurait pas pu trouver un titre plus adapté pour décrire cette histoire (même si il n'est pas très original). En réalité, ce livre entier est une sorte de mensonge en lui-même, ou plutôt une série de mensonges, continus, prolongés, démentis, confirmés et emboités les uns dans les autres. Si le but de l'auteur était de nous perdre, c'est parfaitement réussi puisque, au fur et à mesure que l'on comprend le fonctionnement de Micah, on arrive de moins en moins à distinguer le vrai du faux, à faire la part des choses. De plus, le roman est organisé en "parties", sous forme de "avant" et "après" la mort de Zach, ainsi que des passages sur l'histoire de la familles de Micah, ce qui donne aussi une impression de désorganisation voulue. Le personnage de Micah est vraiment très intéressant. Je ne l'ai pas appréciée mais cela fait quand même partie des points positifs car elle est tout à fait unique et à la fois effrayante et attachante, parfois vraiment agaçante et évidement avec une personnalité très complexe. Le fait qu'elle soit narratrice est quelque chose d'indispensable à l'histoire et le style d'écriture correspond tout à fait à l'esprit du livre. Les relations entre les personnages sont elles aussi complexes et captivantes.

    Si il y a quelque chose que je n'ai pas apprécié, c'est la tournure fantastique que prennent les événements à la moitié du livre. Elle est évidemment indispensable à la suite de l'histoire une fois qu'elle est engagée mais je pense qu'il aurait été préférable que l'auteure reste dans le réel. J'ai aussi trouvé quelques longueurs, surtout au niveau des passages racontant la vie de Micah. J'ai eu du mal avec le personnage de Zack, que j'ai trouvé irrespectueux envers Micah et sa petite amie puisque il "sort" avec les deux en prétextant, comme dans tout les livres, qu'il les aime autant l'une que l'autre, ce qui est pour moi impossible. Je n'ai donc pas approuvé son manque d'honnêteté. Pour finir, j'ai détesté la famille de Micah, je les ai haïs durant tous le livre, à cause de leur attitude vis à vis de Micah qui m'a profondément révoltée. J'ai vraiment eu pitié d'elle et sa situation m'a arraché quelques larmes... N'attendez pas une happy end, elle n'arrivera pas.

En conclusion je dirais que ce livre est à lire. Je ne garantis pas que vous l'aimiez mais une chose est sûre, il ne vous laissera pas indifférents.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 

Posté par keiralice à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,