28 août 2014

How I live now (VF : Maintenant c'est ma vie), Kevin Macdonald

Source: ExterneDaisy, une adolescente new-yorkaise, passe pour la première fois ses vacances chez ses cousins dans la campagne anglaise. Rires, jeux, premiers émois… Une parenthèse enchantée qui va brutalement se refermer quand éclate sur cette lande de rêve la Troisième Guerre Mondiale... (source)

Contrairement à ce que je m'imaginais en lisant le synopsis de ce film, il ne s'agit pas ici d'un énième Hunger Games revisité, et c'est tant mieux !

Ici, Daisy apparaît tout d'abord comme une anti-héroïne. Jeune fille mal dans sa peau qui vit dans l'autocontrainte , elle se ferme comme une huitre au contact des autres et devient agressive, voire carrément antipathique, trop préoccupée par ses problèmes personnels pour sembler s'intéresser aux autres. Comme on nous le rappelle en fin de film, l'histoire et donc tout d'abord celle de son évolution personnelle, au départ imposée par les événements mais qui s'avère finalement positive. Le film montre bien comment une expérience extrême peut grandir ceux qui la vivent, en faisant ressortir des qualités qu'ils n'avait pas conscience de posséder.

How I live now est également le récit d'une histoire d'amour, celle de Daisy et Eddie, son cousin... Cet aspect du film peut paraître assez choquant puisqu'il s'agit bien d'une relation incestueuse, mais cela ne m'a - personnellement - pas du tout dérangée. Le réalisateur s'est d'ailleurs prononcé à ce sujet : "J'espère que ce n'est pas trop polémique. Ça arrive tout le temps à des gens. Le truc c'est qu'ils ont des liens de sang, mais ils n'ont pas grandit ensemble et ils ne s'étaient jamais rencontré auparavant" (source). L'histoire d'amour qui en résulte reste très belle, et constitue l'élément essentiel du film, et contribue fortement à l'évolution de Daisy que j'ai déjà évoquée. J'ai trouvé Eddie et Daisy extrêmement touchants, leur histoire a quelque chose de profond que l'on retrouve rarement dans des films pour ados. Ici, la romance ne vient pas accompagner l'action, comme dans la plupart des film, elle la constitue (sans pour autant que le film soit "à l'eau de rose"), dans le sens où l'aventure de Daisy n'aurait jamais eu lieu sans cet amour pour Eddie. C'est cet équilibre entre action est romance que j'ai beaucoup apprécié.

 

 

Source: Externe

Par ailleurs, le film reste assez intimiste malgré l'immense conflit qui le rythme. On n'a pas affaire à de gigantesques effets spéciaux ou à d'interminables batailles, et l'héroïne ne cherche pas à sauver le monde quitte à se sacrifier, mais juste à sauver sa peau et retrouver celui qu'elle aime. Cet aspect rend le film très réaliste et renvoie finalement chacun à ce qu'il est : un simple être humain parmi des milliards, pas plus exceptionnel ou héroïque que les autres. La Troisième Guerre mondiale évoquée dans le film reste bien mystérieuse (on sait seulement qu'il s'agit de terroristes), et ni Daisy ni les autres personnages ne cherchent à savoir ce qu'il se passe, aucune explication ne sera donné, mais on se rend finalement compte que nous n'en avons pas besoin.

Les décors sont également très beaux, pour la plupart une campagne anglaise, vide est inquiétante mais en même temps merveilleuse, qui sera le théâtre d'événements cruels et magnifiques.

Alice.

 

 

 

Source: Externe

 

 

Source: Externe

 

  

Posté par keiralice à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26 août 2014

Divergente, Neil Burger

divergente affiche

Synopsis (Allociné) : Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Bonjour à tous et à toutes ! Beaucoup d'entre vous on déjà eu le plaisir ou le déplaisir de voir l'adaptation du best seller de Véronica Roth : Divergente ! Enthousiasmant ou non se film reste très partagé dans le coeur du public à l'instar de beaucoup d'adaptions de bouquins young adult... Qu'en avons-nous pensé ?

 

 

L'avis de Val (qui n'a pas lu le livre XP) :

Je vais d'abord parler des points positifs. Je pense que personne n'oserai remettre en cause le potentiel esthétique du film, un Chicago délabré au rendu plus que satisfaisant, des bâtiments qui obéissent au style de la faction auxquels ils appartiennent, les tatouages super stylisés (voir celui de Tris trop beau !) et des simulations de peurs angoissantes mais très belles. Pour moi ceci est un bon point, d'autant que j'apprécie les costumes qui n'en mettent pas plein la vue dans ce genre de contexte dystopique... Continuons à présent avec la bande originale ! Et bien pour moi, c'est un sans faute ! J'ai vraiment apprécié ce mélange dynamique de percussions en cadence. Il y a un réel effort pour l'harmoniser avec l'action. On découvre aussi quelques bons morceaux, je pense à I Need You de M83 que j'adore. En ce qui concerne les personnages et l'intrigue, j'ai adoré même si je pense que c'est surtout grâce au livre (que je vais d'ailleurs m'empresser de chercher !). J'aime beaucoup de personnage de Quatre, mystérieux et protecteur, mais aussi celui de Tris même si à mon avis il est plus fade en comparaison. Leur relation elle aussi m'a plue, ce n'est pas trop artificiel et j'aime beaucoup le duo qu'ils forment sur le terrain !

divergent triss et quatre

Maintenant les points négatifs... Pour reprendre avec cette histoire de personnages, il y a quelque chose qui me gène... Comme je le disais, le personnage de Tris me parait un peu fade, les voix off pour remplacer un bon jeu d'acteur, qui généralement suffi à nous faire ressentir des émotions, ça m'agace... Sinon c'est un bon personnage, qui a une évolution, des convictions... Mais pour moi il manque un petit quelque chose. Pour Quatre, c'est pareil. Des fois son jeu sonne faux. Mais bon, peut être que je suis trop exigeante ^^ ! L'intrigue elle aussi manque d'approfondissement, par exemple la prise du pouvoir par les Erudits à beau être expliquée, je n'ai pas compris pourquoi ils s'en prenaient aux Altruistes alors qu'ils incarnent la bonté, la mesure et la gentillesse. Cela se ressent comme un coup d'état du méchant dictateur assoiffé de pouvoir contre les gentils innocents... un peu manichéen tout ça... Sans compter les passages très "américains" du genre " Là c'est obligé qu'il la sauve ! Bah oui... Je te l'avait dit...". J'ai aussi été déstabilisée par certains couples d'acteurs qui quand on combine plusieurs film à la suite font tâche... Je m'explique ^^ par exemple, Miles Teller (alias Peter) jouait au coté de Shailene dans The Spectacular Now (critique peut être a venir selon l'humeur ^^) où ils sortaient ensemble et pareil dans Nos étoiles Contraires (critique à venir !) avec Ansel Elgort (alias Caleb) qui, je le reprécise, est quand même son frère dans Divergente... Tout ça mis bout à bout, ben c'est awkward !

Malgré tous ces petits "ratés", mon avis sur ce film reste positif. De plus, le public visé, certes adolescent, est mixte !

Et vous ? Quelle est votre opinion ?

divergente-casting

 

Val 

3stars-1

 

 

 

L'avis d'Alice :

Ayant lu le livre (chronique ICI), j'avoue avoir été déçue par le film, que j'ai trouvé très moyen...

Tout d'abord, le choix des acteurs m'a laissé perplexe... Je l'avoue, je n'adore pas Shailene Woodley, et j'ai trouvé qu'elle était trop molle pour le rôle de Tris, qu'elle n'apportait pas assez de nuances au personnage, qui est pourtant complexe (du moins dans le livre), mais passe encore... C'est en ce qui concerne Quatre que la déception a été totale. Dans le livre, il n'est surement pas censé être le beau gosse de service, il est d'ailleurs décrit dès le début avec quelques défauts physiques, dont Théo James semble dépourvu, tout comme de charme malheureusement... 

J'ai vu le film il y a assez longtemps, je ne me souvient pas en détail de ce qui m'a dérangé, mais je me rappelle l'avoir trouvé bien trop cliché et prévisible (ne serai-ce que la première rencontre de Tris et Quatre - photo ci-dessus- où les deux acturs se fixent pendant au moins 30 secondes...). Il m'a également semblé beaucoup trop concentré sur l'action, au détriment de l'aspect psychologique, poutant important dans le roman, qui constitue pour moi l'élément qui fait que le livre de Véronica Roth se démarque des autres dystopies pour ados (et ce n'est pas ça qui manque actuellement...).

Je n'ai pas eu peur, je n'ai pas été boulversée ni émue, en définitive, j'ai trouvé ce film trop superficiel, et donc finalement assez fade....

Alice

13 mars 2013

Soixante Six, tome 1 - La Prisonnière de Michel J. Lévesque

Soixante-Six-Tome-1-La-prisonniere_lightbox_zoom

Deux villes. Deux individus pris au piège. Des alliés, des ennemis, des lieux étranges et des créatures menaçantes. Des souvenirs qui s’effacent, des visages qui, sans changer, deviennent soudainement étrangers… (source ICI)

Sur les traces de Matrix et d'Inception, ce livre nous plonge dans une machination tentaculaire et diabolique qui mêle expérimentation médicale militaire, intérêts financiers et pouvoir mafieux

Mon Résumé : Alexia Lincoln vit à Tea Walls, une petite ville en apparence tranquille des Etas-Unis, où tout est à sa place. Elle est populaire, capitaine des cheerleaders de son lycée, elle sort avec Ian Barstow, joueur de l'équipe de football. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur de mondes possibles. Mais (parce qu'évidemment, il y a un "mais"), suite à la mort de trois élèves du lycée, Alexia va recevoir un message du mystérieux F. Christian qui lui annonce que les trois ados ont en réalité été assasinés. A partir de là, tout s'enchaîne. La vie paisible d'Alexia vole en éclats, toutes sortes de détails qui lui ont toujours parus insignifiant deviennent suspects, et le rêve et la réalité commencent à s'imbriquer dangereusement. Accompagnée de Ian et Nick Amboy, Alexia se lance dans une course poursuite haletante pour essayer de sortir de l'enfer dans lequel ils ont été jetés...ou peut-être tout simplement pour se rêveiller...

Jack Soho vit quant à lui à Hastings Horizon, en Californie, avec ses demi-frères et sa demi-soeur, les triplés Evelyn, Owen et Jimmie, dont il est le tuteur légal depuis la mystérieuse mort de leur famille. Jack est un mafieux, célebre et respecté puisqu'à tout juste 23 ans, il est le second de l'organisation criminelle la plus influente de la ville. C'est alors que se déclenche une épidémie mortelle, qui transforme les êtres humains en zombies assoifés de chair humaine ou les condamnes à être dévorés vivants. Pour sauver ceux qu'il aime, Jack est obligé de fuir, lui aussi aidé par F.Christian. 

Comme vous l'aurez compris, on suit dans ce livre l'histoire de deux personnages en parallèle. Ce n'est qu'a la fin du roman qu'il se rencontrent enfin mais ils semblent liés pour une raison inconnue.

La mention du film Inception sur la 4ème de couverture de ce roman est sans aucun doute ce qui m'a incité à le lire. J'ai adoré ce film son aspect complexe, dérengeant, intriguant et ce sont des adjectifs tout a fait appropriés pour décrire Soixante-Six. Bien sûr, le roman offre une version plus "adolescente", notament au travers des personnages. J'ai eu un peu peur des clichés les concernant (la cheerleader, le joueur de foot, le mec un peu "rejeté", et bien sûr tous supers beaux...) mais mes apréhensions se sont vite envolées. En effet, j'ai plutôt eu l'impression que l'auteur utilisait ses personnages stéréotypés pour casser les codes, en les mettants dans des situations tout à fait improbables et un peu déjantées. J'ai donc trouvé très interressant cette grande diversité dans le roman. On passe des occupations futiles d'adolescents à des scènes un peu gores de façon très fluide et les personnages font parfois preuve d'humour dans des situations un peu incongrues... Mais malgrès une impression de confusion (due au synopsis de base), l'action est bien présente et le rythme très intense, sans aucun temps mort !

Pour l'instant, il reste de nombreux aspects du roman encore peu développés, ce tome sert en quelque sorte de mise en place de l'histoire, de commencement. Beaucoup de questions restent en suspens, j'ai donc forcément envie de lire la suite qui apportera sans aucun doute de nombreuses réponses et qui s'annonce donc tout simplement passionnante !

Le seul point négatif de ce roman est le style de l'auteur qui laisse à désirer, un peu trop simple et creux à mon goût.

Je conseille vivement ce livre à tous les fans d'intrigues complexes et captivantes, de science-fiction, de zombies, de romances ado, et surtout à tous ceux qui aiment que la réalité ne soit pas là où on le pense...

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1]

 

 

NB : Ce roman est en réalité le regroupement des tomes 1 et 2 de la VO Canadiennes (1 : Les tours du château - 2 : Le cerceuil de cristal). Aucune date de sortie du tome 2 de cette édition française n'est encore prévue.

Posté par keiralice à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 décembre 2012

Tomorrow, quand la guerre a commencé, John Marsden

tomorrow1

jpg_tomorrow_2

Ils sont sept. Sept, partis chercher l'aventure dans un endroit nommé Hell. Sept, qui ignoraient que le véritable enfer, ils le trouveraient à leur retour. Ce que découvrent Ellie et ses amis en rentrant chez eux, ce n'est pas la monotonie du quotidien. C'est la guerre. Une guerre éclair qui a tout ravagé en leur absence. Parents, amis, voisins, il n'y a plus personne. Reste-t-il un survivant ? Y a-t-il une explication ? Ils sont sept. Sept à prendre les armes. Sans connaître leur ennemi. Sans savoir à quoi ressemblera demain. Car leur futur n'a pas d'avenir.     source ICI

" Pour les hommes, cette libellule avalant ce moustique, sans pitié pour ses souffrances était l'incarnation du mal. Mais dans la nature, ce mot ne signifiait rien. Le mal était une invention des hommes. "

Ce livre, qui n'est pas sans rappeler un univers dystopique, en est cependant assez éloigné. 

Ellie, l'héroïne de ce roman, a été chargée par ses camarades de raconter leur histoire. Et quelle histoire ! Ce livre est un condensé d'action et d'émotions fortes, ce qui est un point très poitif. On a sans cesse des montées d'adrénalines au fur et a mesure que l'intigue avance. Le fait que la narratrice ai elle-même vécu l'histoire donne encore plus de profondeur a son récit, elle va au-delà d'une simple description en exprimant ses peurs et ses doutes. Et c'est vrai qu'Ellie se remet beaucoup en question, peut être même plus que les autres, et pas seulement sur des aspects relatif à l'horreur qu'elle est en train de vivre. J'ai bien aimé sa personnalité, elle est volontaire et intelligente avec une petite tendance à tout vouloir régenter qui ne m'a cependant pas tellement dérangé. Je n'ai cependant pas du tout apprécié le fait qu'Ellie nous confie tous ses déboires amoureux, son choix difficile entre deux garçon. Cet aspect est un peu soulevé dans le tome 1 mais de façon raisonnable et celà n'empiète donc pas sur l'action. Par contre, cela devient un des sujets principaux du tome 2 ce qui m'a un peu énervée, d'autant que je n'ai pas apprécié pas le personnage de Lee. J'ai donc été un peu déçue par le tome 2, qui n'était pas à la hauteur du premier en matière de sensations fortes. 

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (2)

 

 

Vous pouvez lire les premiers chapitres de ce livre ICI

Ce livre a été adapté en film. Je ne l'ai pas vu mais il semblerai que, chose étonnante, il soit identique au livre a quelques détails près. 

Posté par keiralice à 12:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,