22 mars 2013

Le monde Charlie, Stephen Chbosky

Résumé: Au lycée où il vient d’arriver, on trouve Charlie bizarre. Sa sensibilité et ses goûts sont en décalage avec ceux de ses camarades de classe. Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige, pour les autres, c’est juste un "loser". En attendant, il reste en marge - jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. Grâce à eux, il va découvrir la musique, les fêtes, le sexe… pour Charlie, un nouveau monde s’offre à lui.

le monde de charlie

On ne passe qu'une fois à l'âge adulte... Oui, c'est vrai et je pense que ce passage est le plus important de notre vie. A la sortie de la salle de cinéma (les yeux encore rougis...) j'étais absolument perdue ! Il y a tellement de choses et d'aspects de la vie que j'ai "redécouvert" à travers Charlie, des choses simples dont on a pas conscience au quotidien mais qui sont pourtant toujours là avec nous. Ce film nous amène à nous poser pleins de questions sur nous même, sur la façon dont on grandit, dont on évolue... En temps qu'ado et surtout grande sensible, cet aspect du film m'a bien secouée ! Rien à voir avec les films pour ado à gros budgets qu'on voit habituellement et où tout est dans l'excès. On ne cherche pas à nous faire rêver avec un destin extraordinaire ou une vie artificielle. Non. Le monde de Charlie c'est vrai, c'est vivant, c'est sans artifices. On peut s'identifier aux personnages parce que tout simplement on vit la même chose qu'eux. Mais attention, il ne faut penser que ce film ne soit qu'une représentation banale d'adolescents mal dans leur peau. D'autres thèmes autrement plus durs sont abordés ici.

L'ambiance rétro des années 90 (avec tous les clichés qu'elle comporte) est aussi au rendez et elle nous embarque rapidement. La bande son, elle aussi très retro, est très réussie avec notamment la chanson du bal Come on Eilen des Dexy's midnight runners et Heroes de David Bowie qui rend la scène d'Emma sur le pick-up, les cheveux au vent, juste sublime. It's Times de Imagine Dragon dans la bande d'annonce est aussi très bien choisie même si elle s'éloigne de l'époque (je vous la met ci-dessous juste pour le plaisir ^^). 

Les personnages sont hauts en couleurs, chaqu'un a une personnalité très développée et la prestation des acteurs est absolument remarquable avec un prix spécial pour Erza Miller que j'ai particulièrement apprécié dans le rôle de l'homosexuel décomplexé et exubérant. Mais je n'oublie pas Logan Lerman et Emma Watson qui, sans nuls doutes, ont fait preuve d'une grande sensibilité et d'une grande finesse. Tous collent parfaitement à la peau de leur personnage. 

La fin est un temps très fort du film et j'ai mis pas mal de temps à tout mettre bout à bout. Je sais pas si on peut dire que Charlie arrive à passer à "l'âge adulte" mais pour les autres personnages plus vieux que lui je pense que c'est mission accomplie. Quant à Charlie, il lui reste encore le temps de grandir encore un peu.

"And in that moment I swear we are infinite..." Stephen Chbosky

"We accept the love we think we deserve" Stephen Chbosky  

the-perks-of-being-a-wallflower-6-1

 

Petite explication (en provenance de Wikipédia) pour les curieux qui se demandent ce peut bien vouloir dire Wallflower:  En anglais wallflower désigne une giroflée. L'expression « être une giroflée » (to be a wallflower) signifie usuellement "faire tapisserie" (faire partie du décors, notion d'échec, de non insertion sociale). Toutefois dans un cadre scolaire, c'est le cas ici du héros Charlie, l'expression signifie « être mis à l'écart » ou « être laissé pour compte ». Elle désigne un élève non intégré au groupe ou asocial. Le titre initial (The Perks of Being a Wallflower) signifie donc, textuellement, "Les avantages d'être un laissé pour compte". D'où la traduction française utilisée au départ pour le titre du livre (Pas Raccord). Au sens "pas raccord avec le reste du groupe".

Bande d'annonce:

étoile

Val