28 août 2014

How I live now (VF : Maintenant c'est ma vie), Kevin Macdonald

Source: ExterneDaisy, une adolescente new-yorkaise, passe pour la première fois ses vacances chez ses cousins dans la campagne anglaise. Rires, jeux, premiers émois… Une parenthèse enchantée qui va brutalement se refermer quand éclate sur cette lande de rêve la Troisième Guerre Mondiale... (source)

Contrairement à ce que je m'imaginais en lisant le synopsis de ce film, il ne s'agit pas ici d'un énième Hunger Games revisité, et c'est tant mieux !

Ici, Daisy apparaît tout d'abord comme une anti-héroïne. Jeune fille mal dans sa peau qui vit dans l'autocontrainte , elle se ferme comme une huitre au contact des autres et devient agressive, voire carrément antipathique, trop préoccupée par ses problèmes personnels pour sembler s'intéresser aux autres. Comme on nous le rappelle en fin de film, l'histoire et donc tout d'abord celle de son évolution personnelle, au départ imposée par les événements mais qui s'avère finalement positive. Le film montre bien comment une expérience extrême peut grandir ceux qui la vivent, en faisant ressortir des qualités qu'ils n'avait pas conscience de posséder.

How I live now est également le récit d'une histoire d'amour, celle de Daisy et Eddie, son cousin... Cet aspect du film peut paraître assez choquant puisqu'il s'agit bien d'une relation incestueuse, mais cela ne m'a - personnellement - pas du tout dérangée. Le réalisateur s'est d'ailleurs prononcé à ce sujet : "J'espère que ce n'est pas trop polémique. Ça arrive tout le temps à des gens. Le truc c'est qu'ils ont des liens de sang, mais ils n'ont pas grandit ensemble et ils ne s'étaient jamais rencontré auparavant" (source). L'histoire d'amour qui en résulte reste très belle, et constitue l'élément essentiel du film, et contribue fortement à l'évolution de Daisy que j'ai déjà évoquée. J'ai trouvé Eddie et Daisy extrêmement touchants, leur histoire a quelque chose de profond que l'on retrouve rarement dans des films pour ados. Ici, la romance ne vient pas accompagner l'action, comme dans la plupart des film, elle la constitue (sans pour autant que le film soit "à l'eau de rose"), dans le sens où l'aventure de Daisy n'aurait jamais eu lieu sans cet amour pour Eddie. C'est cet équilibre entre action est romance que j'ai beaucoup apprécié.

 

 

Source: Externe

Par ailleurs, le film reste assez intimiste malgré l'immense conflit qui le rythme. On n'a pas affaire à de gigantesques effets spéciaux ou à d'interminables batailles, et l'héroïne ne cherche pas à sauver le monde quitte à se sacrifier, mais juste à sauver sa peau et retrouver celui qu'elle aime. Cet aspect rend le film très réaliste et renvoie finalement chacun à ce qu'il est : un simple être humain parmi des milliards, pas plus exceptionnel ou héroïque que les autres. La Troisième Guerre mondiale évoquée dans le film reste bien mystérieuse (on sait seulement qu'il s'agit de terroristes), et ni Daisy ni les autres personnages ne cherchent à savoir ce qu'il se passe, aucune explication ne sera donné, mais on se rend finalement compte que nous n'en avons pas besoin.

Les décors sont également très beaux, pour la plupart une campagne anglaise, vide est inquiétante mais en même temps merveilleuse, qui sera le théâtre d'événements cruels et magnifiques.

Alice.

 

 

 

Source: Externe

 

 

Source: Externe

 

  

Posté par keiralice à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 mai 2013

Bright Star, Jane Campion

Bright starJe n'avais entendu que du mal de ce film mais comme je peux me montrer têtue, j'ai quand même décidé de le voir surtout que j'avais du mal à imaginer un Jane Campion mauvais. J'ai vu et j'ai adoré ! Mais vraiment ! Ce film est aussi beau qu'émouvant.

Résumé: Londres, 1818. Un jeune poète anglais de 23 ans, John Keats, et sa voisine Fanny Brawne entament une liaison amoureuse secrète.
Pourtant, les premiers contacts entre les deux jeunes gens sont assez froids.
John trouve que Fanny est une jeune fille élégante mais trop effrontée, et elle-même n'est pas du tout impressionnée par la littérature.
C'est la maladie du jeune frère de John qui va les rapprocher. Keats est touché par les efforts que déploie Fanny pour les aider, et il accepte de lui enseigner la poésie.
Lorsque la mère de Fanny et le meilleur ami de Keats, Brown, réalisent l'attachement que se portent les deux jeunes gens, il est trop tard pour les arrêter. Emportés par l'intensité de leurs sentiments, les deux amoureux sont irrémédiablement liés et découvrent sensations et sentiments inconnus. " J'ai l'impression de me dissoudre ", écrira Keats. Ensemble, ils partagent chaque jour davantage une obsédante passion romantique qui résiste aux obstacles de plus en plus nombreux. La maladie de Keats va pourtant tout remettre en cause...

Casting: Abbie Cornish, Ben Whishaw, Paul Schneider, Kerry Fox

Avis aux impatients, ce film n'est pas fait pour vous ! En effet, l'histoire met très très longtemps à se mettre en place, mais toutes les fans de Jane Austen et d'autres écrivains romantiques apprécieront cette lenteur et l'intensité qu'elle engage. Le scénario, lui aussi très Austinien, et l'époque raviront celles qui aiment les belles histoires d'amour encrées dans la société anglaise du début du XIXème. Pour ma part, je garde à l'esprit les sublimes costumes de la très coquette Fanny ainsi qu'une scène: celle où Fanny et sa petite soeur élèvent des papillons dans leur chambre en attendant le retour de Keats. Magnifique ! La tendresse infinie qui se dégage de l'amour de Keats et de Fanny m'a beaucoup émue, quant au lien fusionnel qui se créé au long du film, il n'a rien de cliché ou de surfait. Embelli par l'envoutante poésie de John Keats et par la poésie de l'image, vous serez transporté par la douceur et la force de ce premier amour.

Un film empreint de sensibilité et de beauté... Gros gros coup de coeur !

Bright-Star-movies-9133152-1280-800[1]

Val

10806011-etoiles-de-notation[1]

Posté par keiralice à 20:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 mars 2013

Virgin suicides, Sofia Coppola

virgin-suicides-afficheRésumé Allo ciné: Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon, treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre soeurs, de jolies adolescentes. Cet incident éclaire d'un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L'histoire, relatée par l'intermédiare de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces soeurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit a petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l'interdiction de sortir. Alors que la situation s'enlise, les garçons envisagent de secourir les filles. 


Il y avait longtemps que je n'avais pas vu un film comme ça ! Déjà après avoir vu la bande d'annonce j'étais conquise et Alice et moi avons donc cherché partout ce petit bijoux jusqu'à la semaine dernière où nous avons enfin trouvé notre bonheur. Je suppose que vous avez pu constater dans le résumé et dans la bande d'annonce que l'histoire était assez singulière et que le style était très particulier. En effet, ce film est très intéressant d'un point de vue esthétique, les images, les couleurs et surtout la bande originale (du groupe français AIR) constitue une ambiance très spéciale à laquelle j'ai totalement adhéré. Le mystère qui gravite autour des soeurs Lisbon est palpable et on ressent aussi l'enfermement auquel elles sont soumises.

Très vite on se rend compte que les soeurs Lisbon ne sont pas les petits anges chastes tout droit sortit du moule puritain que leurs parents leur imposent. Surtout Luz (Kristen Dunst) qui s'éloigne beaucoup des voeux de papa maman... Le film dénonce ce genre d'éducation qui mène à l'auto-destruction. Cette sévérité malsaine, qui du point de vue de la mère est justifiée, dégénère alors en pathologie. J'ai trouvé cela très effrayant et très dérangeant. L'histoire en elle même est dérangeante et elle ne sera sûrement pas au goût de tous à cause de son côté plutôt étrange et trop inhabituel.

Une très bonne surprise dans le casting avec Hayden Christensen dans un rôle secondaire. Ca fait toujours plaisir de voir des acteurs qu'on aime bien et qu'on voit plus jeune, surtout quand on s'y attend pas ! ^^ Je ne connaissais pas particulièrement Kristen Dunst (à part dans Spider Man...) mais je l'ai beaucoup aimé dans ce film, elle joue son rôle à la perfection ! Josh Hartnett est lui aussi très bien même si je pense qu'il peut mieux faire. Je ne parle même pas de sa coupe de cheveux parce que mode de l'époque ou pas... ça passe mal...

Certains aspects m'ont quand même déçu et le sort d'un personnage m'a laissé perplexe. Je parle de Trip Fontaine (Josh Hartnett) qui disparaît à un moment du film très inattendu alors qu'il est quand même très important et qu'il se trouve à l'affiche... Pourquoi?! Le scénario méritait lui aussi d'être mieux construit et on peut aussi reprocher quelque longueur sur la fin mais elle peut néanmoins se justifier pour trancher avec la fin. Cette dernière arrive très brusquement et sans ménagement. Jusqu'au bout on arrive à ressentir le caractère sombre et imprévisible de nos cinq soeurs.

 

virgin-suicides.jpg Luz Lisbon (Kristen Dunst)

Extraits:

"On a affaire à une rêveuse totalement déconnectée de la réalité, en sautant elle a du penser qu’elle s’envolerait."
 
"- Qu’est ce que tu fais là mon pauvre chou ? À ton âge, on ne connaît pas encore les souffrances de la vie.
- Manifestement docteur, vous n’avez jamais été une fille de 13 ans."
 
"Nous avons compris l’emprisonnement que c’est d’être une fille, qui vous oblige à rêver et fini par vous apprendre à manier les couleurs."
 
 
 

4 étaoi

Val 

Posté par keiralice à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,