14 juillet 2014

Penny Dreadful, John Logan

penny-dreadful

Nouvelle série incontournable ! Penny Dreadful de John Logan, diffusée pour l'instant sur Showtime, la chaine câblée américaine et je l'espère prochainement à l'antenne en France ! Malheureusement aucune date pour cet événement n'a encore été prévue... 

 


Alors pour commencer, qu'est qu'un Penny Dreadful ? Il s'agit d'un roman qui pourrait s'apparenter à ce que l'on appelle en français un "roman de gare". C'est donc un genre littéraire populaire au Royaume-Unis au XIXe siècle souvent représenté par des histoires macabres...


 

Résumé mis en ligne par AllocinéDans le Londres de l'époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d'Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population...

Casting : Eva Green (Vanessa Ives), Josh Hartnett (Ethan Chandler), Thimothy Dalton (Sir Malcom Murray), Harry Treadaway (Dr Victor Frankeinstein), Reeve Carney (Dorian Gray), Billie Piper (Bona Croft). 


 

20140509HOPennyDreadful2-1

Avec Alice nous suivons actuellement la série avec passion et je souhaite vous la faire connaître !

Alors il s'agit d'une série assez sombre qui met en scène des personnages littéraires et légendaires comme Van Helsing, Franstein, Dorian Gray... qui tentent de combattre un mal invisible et de sauver la fille de Sir Murray qui répond au doux de Mina, si cela évoque quelque chose à certains... On mêle donc les "penny dreadful", en prenant plus ou moins de liberté bien entendu ^^ Je trouve que ce mélange est très réussi et on redécouvre tout au long de la série les héros les plus populaires de l'île Britannique !

Le gros point fort de la série : un esthétisme spectaculaire dans les décors et les costumes, mélange de volupté et de charme glauque... On suit donc ces personnages hétéroclites qui évoluent aussi bien dans l'univers bourgeois de Londres plongé dans l'effervescence des découvertes coloniales que dans les bas fonds embrumés de la ville, rappelant les scènes de crimes du célèbre Jack l'éventreur... Très réussi !

Le mystère règne. Certains passages s'éclaircissent difficilement et on pressent que chacun renferme un lourd secret... Cependant, j'ai à plusieurs reprises été complètement perdue par l'intrigue, ne voyant plus le but des protagonistes. Je pense que ceci été plus ou moins voulu mais détestant ne pas comprendre, je me suis lassée à certain épisodes où je n'ai trouvé aucun intérêt... (spoiler) Je parle notamment de l'épisode centré sur l'épisode de Frankenstein et sa créature. C'est dommage car cette série méritait mieux qu'un travail déséquilibré... Bon, on va dire que ces ratés sont rattrapés par l'extraordinaire performance des acteurs (je pense tout particulièrement à Eva Green et ses transes très très dérangentes !) et par certaines scènes d'une intensité peu commune dans une série.

Je met en garde les âmes sensibles ! Cette série regorge de passages psychologiquement dérangents... Ici ce n'est pas tant les "monstres" qui choquent (ces derniers n'étant pas assez crédibles à mon goût) mais la violence de certains dialogues, de certaines situations et du jeu des acteurs (je le souligne encore, il s'agit de réelles performances de la part d'Eva Green).

Et pour finir, la bande d'annonce qui vous parlera surement mieux !

Voilà ! J'espère que ce petit avant goût vous décidera !

073084

Bonnes Vacances à tous !

Val

 


22 octobre 2013

La vérité sur l'affaire Harry Québert, Joël Dicker

la-verite-sur-l-affaire-harry-quebert,M93686

4ème de couverture : À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.
Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d'écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Prix Goncourt des lycéens et Grand prix du roman de l'Académie française en 2012, ce roman a eu un vif succès lors de sa sortie, c'est donc sans hésiter que j'ai décidé de le lire. Et, oui, il m'a bien plus mais "c'est tout". Disons plutôt que je ne lui ai rien trouvé d'exceptionnel...

On suit donc le narrateur, de retour dans la petite ville d'Aurora, New Hampshire, afin d'enquêter sur le meurtre de Nola et redorer le blason de son ami et mentor, Harry Québert. Il est écrivain, en période de page blanche, et son éditeur vient de lui poser un ultimatum : écrire un livre qui permettra de réitérer les ventes exceptionnelles du précédent ou risquer d'être poursuivi en justice. C'est donc aussi pour tenter de (re)trouver l'inspiration qu'il décide de revenir dans la ville où Harry Québert a longuement vécu, dans la maison où il a écrit son fantastique roman, encensé par la critique : Les Origines du Mal. Mais c'est aussi dans le jardin de cette fameuse maison qu'on été retrouvés les restes d'ossements de Nola, et tout porte donc à croire que le fantastique écrivain Harry Québert est également un meurtrier. Marcus, notre narrateur, s'embarque donc dans une enquête qui l' emmènera à découvrir les biens sombres secrets de certains habitants de la si paisible ville d'Aurora...

L'histoire en elle-même, l'intrigue est plutôt bien construite, et assez captivante, on va de révélation en révélation et j'ai parfois eu du mal à poser le livre. Cependant, j'ai trouvé quelques longueurs, notamment vers la fin, où l'auteur semble oublier son personnage dans des pistes inutiles et lui fait donc faire à mon goût trop de détours.

Les personnages sont plutôt bien trouvés, j'ai bien aimé le narrateur et toutes les histoire autour des ses années d'étudiant, ou ses discussions avec sa mère, mais j'ai quand même eu l'impression qu'il manquait quelque chose à sa personnalité pour le rendre vraiment intéressant. Ensuite, j'ai eu du mal à cerner Harry Québert, notamment le pourquoi de sa relation avec Nola qui, grâce a des retours en arrière, nous est présentée comme une gamine immature et égoïste, qui veut tout maintenant, là, de suite et qui devient donc très agaçante...

L'écriture de l'auteur est un bon point, puisque fluide et agréable, mais il ne s'agit tout de même qu'un roman policier, la plume reste donc assez simpliste. Cependant, la "réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias " m'a au premier abord parue un peu légère, mais c'est finalement avérée intéressante. L'auteur ne nous apprend pas grand chose sur la soif de profit des hommes d'affaires ou la forte tendance à déformer les propos des médias, mais nous donne quand même matière à réfléchir, ce qui ne se refuse pas ^^

En conclusion, j'ai beaucoup aimé ce roman, malgré mes nombreux "cependant" et j'ai passé de très bons moments durant sa lecture, avec une ambiance très agréable, intimiste et en même temps assez sombre et un intrigue bien menée. Et petit plus : la superbe image de couverture, une oeuvre d'Edward Hooper, peintre que j'aime beaucoup, et qui retranscrit très bien l'atmosphère d'Aurora. Un livre à lire !

Alice.

Posté par keiralice à 15:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mars 2013

Coule la Seine, Fred Vargas

9782878581669FS

" Ton collègue blond est assez emmerdant mais je l'aime bien, et puis il est généreux. Il se pose des questions sans fond, il s'inquiète et ça fait le bruit des vagues. Toi en revanche, tu fais le bruit du vent. Ça se voit à ta manière de marcher, tu suis ton souffle. Ton ami blond voit une flaque. Il s'arrête, examine la chose et il la contourne, il prépare bien son affaire. Toi, tu ne vois même pas cette flaque mais tu passes à côté sans le savoir, au flair. Tu piges ? T'es comme un magicien... " Il a raison ce clochard, le commissaire Adamsberg est un véritable magicien.Trois nouvelles pour le prouver, trois enquêtes du commissaire, à Paris, là où coule la Seine. (source ICI)

Ce livre est un recueil de trois nouvelles policières : Salut et Liberté, La nuit des brutes et Cinq francs pièce, écrites par la très talentueuse Fred Vargas, auteur de romans policiers à fort succès et archéozoologue.

Les trois enquêtes de ce roman sont toutes menées par le commissaire Adamsberg, personnage récurent de plusieurs romans de Fred Vargas (L'Homme au cercles bleus, Dans les bois éternels...). C'est un personnage très complexe et intéressant. Il est difficile à cerner, c'est un grand rêveur qui peut parfois paraître marginal, il vit dans son monde, déconnecté de la réalité. Pourtant, c'est quand l'impression que l'enquête ne sera jamais bouclé s'installe en nous qu'Adamsberg parvient a nous étonner en la résolvant avec brio. Il est en effet extrêmement talentueux et possède une sorte de sixième sens peu commun.

Je dois vous avertir, si vous êtes à la recherche d'un roman policier complexe avec une intrigue massive, passez votre chemin. Ces nouvelles ne sont pas très développées du point de vue de l'enquête mais recèlent des personnages peu nombreux (nouvelle oblige) mais tout à fais hors du commun qui sont en réalité les grands héros de ce recueil. Il sont piochés parmis diférentes classes sociales et ont tous un caractère étonnant, un oeil rabaissant pourrait presque les qualifier de "fous" mais ils font l'originalité des écrits de Fred Vargas.

Alice.

Posté par keiralice à 15:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2013

London Boulevard, William Monahan

Résumé allo ciné:Mitchel sort de prison plein de bonnes intentions. Pourtant, lorsqu’il tombe sur son vieil ami Billy, un petit voyou à la recherche d’un complice, il accepte de l’aider en échange d’un toit. Incapable de rompre avec son passé, Mitchel fait la connaissance de Charlotte, une star de cinéma terrée dans un luxueux hôtel particulier pour échapper aux hordes de paparazzi, dont il devient rapidement le garde personnel.
Charlotte et Mitchel se rapprochent, envisageant même ensemble une nouvelle vie à Los Angeles. Mais il a déjà attiré l’attention de Gant, un puissant parrain de la pègre, qui voit en lui un atout précieux pour ses affaires. Quand Mitchel refuse, Gant décide de le faire plier, ne reculant devant rien pour arriver à ses fins…

Le premier argument qui m'a poussée à voir ce film est le casting. Que demander de plus que Keira Knightley et Colin Farrell à l'affiche avec même en prime une petite apparition de Jamie Campbell Bower (Sneeney Todd, Anonymous et La Cité des Ténèbres)! Mais malheureusement, pour un bon film, un casting ne suffit pas... L'histoire se met en place très lentement et le personnage principal, Michel, se dévoile peu. Pour la première fois, Keira ne m'a pas convaincue, j'avais l'impression qu'elle venait juste faire cadeau de sa présence mais sans grande conviction (le rôle n'était pas non plus grandiose alors on la pardonne). L'histoire d'amour entre elle et Michel était sans interêt. On passe sans cesse "du coq à l'âne" comme on dit, si bien qu'on a l'impression de voir deux films vaguement liés. De plus, la fin était complètement bâclée et bizarrement pour une fin triste je n'ai pas pleuré ce qui est mauvais signe... J'ai trouvé à plusieurs reprise le comportement de Michel stupide (pourquoi ne s'enfui-t-il pas?) et cela m'a beaucoup dérangé, c'était mon instinct de survie contre le sien ! Je pense que le réalisateur a voulut faire un grand film de mafia en jouant sur des thèmes durs mais le mélange avec la star torturée qui reste cloîtrée dans sa maison et le S.D.F. tué à coup de couteaux ne se mariait pas vraiment et le goût à l'arrivée n'était pas terrible... On a voulut faire un riche condensé de tous les drames sociaux possibles et imaginables pour un seul  film et je trouve que pour des thèmes aussi importants c'est dommage de tomber dans la médiocrité. Mais je vous rassure, il reste quand même quelques petits points positifs mais pas de grands miracles possibles ici.

 

10806011-etoiles-de-notation[1] (4)Val

Posté par keiralice à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 janvier 2013

The Lying Game T3 : Action ou vérité, Sara Shepard

Attention aux spoiler pour ceux qui n'ont pas lu les tomes 1 & 2 !!

9782265094147

4ème de couverture : Qui a tué ma soeur Sutton ? Le beau Thayer, soudain de retour parmi nous ? Laurel, notre petite soeur, si sage en apparence ? Ma nouvelle vie est une énigme... Les reines du mensonge poursuivent leur jeu. Mais je peux compter sur Ethan,toujours à mes côtés.Enfin, je crois...

On retrouve dans ce troisième tome Emma et Sutton, sa soeur-jumelle-tuée-devenue-fantôme (un aspect de la narration qui me dérange toujours autant) là ou on les a laissées à la fin du tome 2 : face à Thayer. Petit rappel (attention spoiler) pour ceux/celles qui l'aurait oublié, Emma a passé tout le tome 2 à essayer de démontrer que Lily et Gaby, les jumelles twiteuses, ont assassiné Sutton avant se rendre compte que ce n'est pas le cas. Et hop ! Retour à la case départ...

Et malheureusement, c'est un scénario type qui s'est répété dans ce tome 3, à ma plus grande peine. Cette série est lente, lente, lente... Que ce soit les relations entre personnages (notamment Emma et Ethan) ou l'avancée de l'intrigue, on attend tout le roman quelque chose qui n'arrive que dans les 50 dernières pages. C'est vraiment dommage car la série a un bon potentiel et l'intrigue est bien ficelée, mais j'en viens à me dire qu'il est dommage de gaspiller 16 € pour un livre de 300 pages en gros caractères, qui se lit en 2 heures. Je ne saisis pas très bien le but de l'auteure mais toujours est-il que cela devient franchement agacent. Et puisqu'ont en parle, Emma commence elle aussi à m'agacer sérieusement par son manque de volonté et de personnalité flagrant ainsi que par son attitude parfois trop craintive, pas assez téméraire à mon goût. Ethan, qui oscille entre le poète torturé et le petit ami surproducteur m'a lui aussi énervé, dommage car ici aussi, il y avait du potentiel. J'en vient donc à préférer les amies de Sutton, Charlotte et Madeline, car même avec leur malsain jeu du mensonge, elles restent moins gnangnan que nos deux tourtereaux. Grosse déception aussi du côté de Thayer qui tombe lui aussi dans la mièvrerie et n'est pas tout à fait le bad boy auquel je m'attendais. Dernière petite critique et je m'arrête pour aujourd'hui : le style de l'auteur un peu puéril qui laisse franchement à désirer.

Bien sûr cette série n'est pas entièrement raté, le suspense est toujours là et j'ai toujours envie de connaître le fameux coupable mais j'avoue que mon enthousiasme du début commence à s'essouffler et je ne sais pas si je continuerai à lire cette série jusqu'au 7ème tome si les choses restent telles qu'elles.

Alice.

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 

Posté par keiralice à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 décembre 2012

Slevin, Paul McGuigan

Résumé d'allo ciné: La vie n'est pas tendre avec Slevin. En quelques jours, ce jeune homme a perdu son appartement, découvert que sa petite amie le trompait, et s'est fait voler ses papiers. Décidé à souffler un peu, Slevin s'envole vers New York, où il va habiter quelque temps l'appartement d'un copain, Nick Fisher. La poisse ne va pas le lâcher pour autant, bien au contraire...
Le milieu new-yorkais est en ébullition. Deux de ses plus grands parrains, le Rabbin et le Boss, se livrent une guerre sans pitié. Autrefois complices, ils sont devenus les pires ennemis. Pour venger l'assassinat de son fils, le Boss est décidé à faire tuer celui du Rabbin. Il a chargé Goodkat de l'affaire. Celui-ci a un plan très simple : trouver quelqu'un qui doit énormément d'argent au Boss et l'obliger à exécuter la besogne en échange d'une annulation de dette. Le candidat idéal est... Nick Fisher...

Casting: Slevin: Josh Hartnett / M. Goodkat : Bruce Willis / Lindsey : Lucy Liu / Le Rabbin : Ben Kingsley / Le Boss : Morgan Freeman

Slevin est incontestablement LE COUP DE COEUR de la semaine ! Une intrigue parfaite, une ambiance hors du commun, des répliques à couper le souffle et un dénouement tout simplement grandiose ! Les décors rétro au possible surprennent et fond sourire au début mais on s'y habitue très vite et on adore! L'intrigue est palpitante et les personnages sont tous drôles et décalés même si tout cela s'établit sur une bien sombre histoire... Le personnage de Slevin (joué par un de mes acteurs fétiches) Josh Hartnett (Le Dahlia Noir, Pearl Harbor) est vraiment attachant et joue son rôle à la perfection (dans tout les sens du terme pour ceux qui ont vu le film ^^) ! Attention cependant, je déconseille ce film aux plus jeunes et aux non-adeptes de films de tueurs à gages...


 
  

10806011-etoiles-de-notation[1]

Val

Posté par keiralice à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2012

Série The Lying Game, Sara Shepard

70292513_p

4ème de couverture du T1 :

Deux jumelles que tout sépare. 
Une disparition mystérieuse. 
Un jeu diabolique et dangereux. 
Qui pourra en sortir indemne ? 

4ème de couverture du T2 :   Ma vie parfaite n'était qu'un mensonge. J'avais tout. Des amis formidables, un petit ami adorable et une famille aimante. Aucun ne sait que j'ai disparu. Que je suis morte. Ma soeur jumelle Emma a pris ma place. Elle est la prochaine sur la liste. Mon assassin la surveille de très près... 

 

 L'héroïne de cette série est Emma, un jeune fille de 17 ans que sa mère a abandonnée à l'âge de 5 ans. Depuis, elle va de familles d'accueil en famille d'accueil. Sa vie n'est pas évidente et elle a parfois du mal à s'intégrer. Un jour, elle découvre par hasard sur Facebook l'existence d'une soeur jumelle : Sutton. Cette dernière lui donne un rendez-vous afin qu'elles puissent se rencontrer mais ne s'y rend pas. Emma apprend alors que Sutton est morte assassinée. Le meurtrier ordonne à Emma de prendre la place de sa jumelle auprès de ses proches, qui n'y voient que du feu. Emma se retrouve alors propulsée dans la vie de Sutton, qui a tout de la gosse de riche pourrie-gatée. C'est un énorme changement pour Emma, qui se sent désormais aimée, admirée. Mais elle est loin la vérité. En effet, Sutton n'était pas irréprochable et s'était fait de nombreux ennemis, et c'est désormais à Emma de tout gérer. Les amies de Sutton ont elles aussi de nombreuses choses à cacher et se livrent avec Sutton à un jeu méchant et dangereux : Le Jeu du Mensonge, qui consiste à piéger tous leurs camarades de manière assez sadique. Et par dessus le marché, l'assassin de Sutton est toujours là surveille Emma de très, très près.

J'ai tout d'abord un avertissement a vous faire : le mode de narration de ces romans est très spécial. En effet, c'est en quelque sorte le "fantôme" de Sutton le narrateur mais il accède quand même aux pensées d'Emma, tout en faisant des commentaires. Au fur et à mesure qu'Emma  trouve des indices concernant l'assassinat de Sutton, cette dernière voie certains de ses souvenirs refaire surface. Ce mode de narration a néanmoins un point positif : il permet à Sutton de se rendre compte de sa personnalité. De son vivant, elle était une vraie peste manipulatrice la liste des suspect de son assassinat est donc très longue, au grand dam d'Emma. Cette dernière essaie tant bien que mal de remettre en place les pièces du puzzle sans toutefois griller sa couverture, ce qui n'est pas une tache aisée. Au fur et à mesure de l'histoire, elle prend de l'assurance et se forge un caractère de battante. Elle peut évidemment compter sur l'aide d'un beau brun mystérieux : Ethan. J'ai bien aimé sa personnalité, il est très attachant et il est vraiment mignon vis à vis d'Emma. 

Il y a toutefois un point négatif à ces deux romans : l'intrigue évolue bien trop lentement à mon goût. Même si il y a de nombreux rebondissements dans le tome 2, on se retrouve à la fin toujours au même point qu'au début de l'histoire, peu de choses évoluent. Mais cela en du au fait que 7 tomes sont prévus (source ICI) Donc pour les personnes qui n'aiment pas les série comportant de nombreux tomes, ne commencez pas celle-ci car il vous sera ensuite impossible de l'arrêter. Sara Shepard maitrise parfaitement son histoire, le suspense est toujours présent et très bien dosé, notamment à la fin du tome 2 où un nouveau personnage fait son apparition, promettant une suite très intéressante. On a aussi une ambiance de suspition constante : on ne sait jamais a qui faire confiance et cela donne un atmosphère très stressante.

J'ai vraiment adoré cette série, le petit côté policier m'a beaucoup accroché. L'histoire n'est pas du tout niaise, on découvre toujours de nouvelles choses, bien souvent assez effrayantes et malsaines. J'ai bien aimé le fait que, pour un fois, ce soit la peste l'héroïne (Sutton) et non pas la méchante.

Donc lancez-vous, vous ne le regretterez pas ^^

10806011-etoiles-de-notation[1] (3)

 Alice.

Ci-dessous, la vidéo promo de la série crée par abc Family. J'ai regardé quelques vidéos et je n'accroche pas du tout aux acteurs, sauf Blair Redford (Ethan) et je trouve que l'idée de faire réapparaître Sutton comme si elle n'était pas morte tout à fait ridicule. C'est dommage car il y avait du potentiel et j'avais beaucoup aimé Pretty Little Liars, l'adaptation télévisée (aussi par abc Family) d'une autre série de Sara Shepard : Les Menteuses.

Posté par keiralice à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,